5 choses à savoir sur l'ostéopathie viscérale

  • La pratique ostéopathique
  • 07 Septembre 2021
  • Aucun commentaire

Comment définir l'ostéopathie viscérale ?

Le viscéral

L'ostéopathie viscérale, appelée également le « viscéral » par les ostéopathes, correspond à un ensemble de techniques pratiquées sur les viscères. Les viscères sont en fait les organes internes comme les organes de l’abdomen (estomac, foie, vésicule biliaire, intestin grêle, côlon, rate, pancréas, reins), les organes du thorax (œsophage, cœur, poumons), les organes du cou (pharynx, larynx, thyroïde, trachée), et enfin les organes du petit bassin (utérus, trompes, ovaires, prostate, vessie, rectum).

 

Les viscères sont en mouvement continuel. Ces mouvements peuvent connaître des perturbations ou des restrictions. Ces dysfonctionnements peuvent être à l’origine de différents maux. La plupart du temps, les problèmes de mobilité sur un organe vont avoir des répercussions sur d’autres organes ainsi que sur les structures (os, articulation…) sur lesquels ils s’attachent. Par exemple, certaines douleurs en bas du dos chez les femmes pendant les menstruations met en évidence la relation directe entre le bassin ostéo-articulaire et l’ensemble utérus-trompes-ovaires.

 

Viscères et ostéopathie

Une approche incluse dans la globalité de l'ostéopathie

En réalité, l’ostéopathie viscérale n’existe pas en tant que telle, on parle plutôt de techniques viscérales. L’approche viscérale en ostéopathie va aider le corps à retrouver la mobilité notamment dans la zone où le dysfonctionnement a été identifié. Vous l’aurez compris, l’ostéopathie viscérale est surtout une approche spécifique manuelle que les ostéopathes effectuent en l’intégrant dans une démarche globale d’analyse du corps du patient dans son ensemble.

 

Quelles sont les origines de l'ostéopathie viscérale ?

Thure Brandt, pionnier du "viscéral"

Au moment même où Still développait l’ostéopathie vers 1890, Thure Brandt, un physiothérapeute suédois, met au point une méthode diagnostique et thérapeutique destinée aux organes de l'abdomen et plus particulièrement de la sphère génitale. Sa méthode comprend des techniques manipulatives et des exercices musculaires dans le but de restaurer la santé des zones profondes du corps.

Thure Brandt

La méthode de Thure Brandt sera ensuite reprise par un de ses éléves français Henri Stapfer, gynécologue, puis par Frantz Glenard au début du XXème siècle. Ce dernier, médecin vichyssois, a développé de nouveaux concepts et décrit précisément des techniques de palpation permettant de diagnostiquer certaines pathologies de l'abdomen. Il fut également le premier à penser aux relations des organes entre eux en décrivant un mécanisme de réaction en chaîne où un organe en dysfonction peut entraîner des troubles au niveau des organes voisins avec lesquels il entretient des liens mécaniques, sanguins ou hormonaux.

 

Développement moderne de l'approche viscérale

L’approche viscérale en ostéopathie se développe véritablement à partir des années 1970, grâce notamment à des praticiens français comme Jean-Pierre Barral ou encore Jacques Weischenck qui permettront un développement et une intégration à l’ostéopathie de cette approche.

Jean-Pierre Barral

Jean-Pierre Barral

Comment s'intègre le viscérale dans le concept ostéopathique ?

L’ostéopathie est une discipline holistique, elle considère l’être humain dans sa globalité. Il ne peut y avoir de spécialité ostéopathique, pas plus que d’ostéopathie spécialisée en viscéral, en pédiatrie, en techniques manipulatives, etc. Si certains thérapeutes pratiquent exclusivement des techniques ostéopathiques relatives à un seul type d’élément, en aucun cas cela fait d’eux des ostéopathes.

 

Comment l'ostéopathe aborde-t-il l'ensemble viscéral ?

L’approche ostéopathique viscérale consiste en la palpation et la mobilisation des organes, et plus spécifiquement des tissus qui les unissent, dans le but de rétablir un mouvement optimal, à la fois d’un organe par rapport aux autres structures mais aussi des organes entre eux. Il s’agit de mobilisations douces, respectant autant que possible le confort du patient et n’impliquant aucune technique interne.

 

L’ostéopathe ne « remet » pas en place un organe, il s’intéresse à sa mobilité propre et à sa mobilité par rapport aux structures environnantes. L’ostéopathe agit sur ce qui fait le lien entre ces organes pour améliorer la mobilité de ces derniers.

Pratique viscérale en ostéopathie

Rappelons qu’une consultation ostéopathique peut impliquer des techniques viscérales mais ce sera toujours un traitement global, prenant en compte le corps et ses interactions dans son ensemble.

 

En traitant les pertes de mobilité repérées sur les organes, l’ostéopathe va parfois soulager les douleurs ressenties sur les organes-mêmes ou sur des structures situées à distance comme le dos ou la hanche par exemple.

A quelles problématiques répond l'ostéopathie viscérale ?

Une application pratique diversifiée

Un ostéopathe peut être amené à effectuer un traitement manuel au niveau des organes dans de nombreuses situations. Il est possible par exemple de consulter un ostéopathe en cas de troubles digestifs comme les reflux gastro-œsophagiens ou encore la constipation. C’est également le cas pour les douleurs abdominales celles liées aux règles.

 

Pendant la grossesse, les organes se réorganisent totalement avec la croissance du fœtus et de l’utérus. Cela peut entraîner des perturbations du transit ou d’autres symptômes comme le reflux ou les douleurs dorsales.

Il est possible également de consulter après une opération chirurgicale. En effet, la cicatrisation aussi bien superficielle que profonde peut perturber le mouvement des viscères et entrainer des troubles inconfortables pour le patient.

L'ostéopathie et le viscéral

Rappelons que l’ostéopathe est dans tous les cas en mesure et dans l’obligation de rediriger le patient vers un médecin ou un autre praticien si son action est limitée ou non indiquée pour le motif concerné.

 

En conclusion, l’ostéopathie, dans son approche viscérale, vise donc à rétablir un mouvement sain et une bonne communication des organes avec le reste du corps. Cette approche viscérale du corps et de ses interactions est une des spécificités de l’ostéopathie. Elle est particulièrement appropriée dans de nombreuses problématiques que rencontrent les patients.

Sources

  1. Huteau B. Le Bourdais F. et Usureau O., Diagnostic Ostéopathique – Thorax Abdomen Pelvis, 2013.
  2. Bénédicte Buttet-Miquel , Ostéopathie viscérale : recueil des techniques palpatoires et diagnostiques selon Frantz Glénard, Sully, 2010
  3. Eric Hebgen, Ostéopathie viscérale : Principes et techniques, Maloine, 2005
  4. Jacques Weischenck, Traite d'ostéopathie viscérale tome 1, Maloine, 1981
  5. Jean Pierre Barral, Le thorax : Manipulations viscérales, Elsevier, 2005
  6. Jean Pierre Barral, Manipulations viscérales : Tome 2, Elsevier, 2e édition, 2004
  7. Torsten Liem et T.K. Dobler, Guide d’ostéopathie, Maloine, 2004

 

Liens et supports utiles

 

  1. https://www.osteopathe-toulouse-nathaliecrombez.com/post/découvrir-et-comprendre-l-ostéopathie-viscérale
  2. https://www.reflexosteo.com/blog-sante-bien-etre/l-osteopathie-viscerale-quels-sont-ses-avantages-176
  3. https://www.medoucine.com/pratiques/osteopathie/viscerale
  4. https://flashbak.com/gynaecology-for-women-and-other-aliens-thure-brandts-digital-gymnastics-1895-41195/thure-brandt/